le site de l'école Joseph FRAUD de TREILLIERES

http://eepu-fraud-treillieres-44.ac-nantes.fr/

Cérémonie du 11 novembre 2013 (Qui est Joseph Fraud ?)

Treillières, lundi 11 novembre 2013

Inauguration de la plaque dédiée à J. et G. Fraud sur le bâtiment de l’ancienne gare

« Ici, durant la Seconde guerre mondiale (1940-1945), ont résisté à l’occupant nazi deux jeunes Treilliérains : Joseph Fraud (1921-1969) déporté à Buchenwald, et Gisèle Fraud-Giraudeau (1923-), déportée à Ravensbrück ».

-----------------------------------------------------------

Introduction : poèmes de Robert Desnos ( Ce coeur qui haïssait la guerre) et Paul Eluard ( Liberté) , lus par des élèves de l’école « Joseph-Fraud » de Treillières.

Rappel des itinéraires de Joseph et Gisèle Fraud 

Gisèle rappelle l’épisode vécu à la gare de Treillières en avril 1944. Cet épisode, que l’on retrouve dans le témoignage poignant de Gisèle donné et filmé en 2001 devant les élèves de l’école « Alexandre-Vincent » de Treillières et les futurs élèves de l’école « Joseph-Fraud », inaugurée l’année suivante, est visible sur le blog de l'association (treillieresaufildutemps.blogspot.fr). Dans quelques mois l’itinéraire tragique de Gisèle sera adapté au théâtre par une compagnie parisienne (Le Saut de l’Ange). Création artistique que nous espérons vivement pouvoir accueillir à Treillières.

-------------------------------------------------------------------

Pourquoi cette plaque ? (conclusion prononcée par  Loïc Bonnet, président de Treillières au fil du temps).

« Si cette plaque nous permet de se remémorer le courage de ces deux jeunes Treilliérains face à la barbarie nazie, elle aura, nous croyons, rempli son objectif.

Nous vous devons beaucoup Gisèle, à vous et à vos camarades résistants. Votre sacrifice a contribué à la restauration de la démocratie : berceau de la liberté, de l’égalité et de la fraternité, trilogie de notre devise républicaine.

« Le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde», écrivait Bertold Brecht. A l’heure où le repli sur soi, l’intolérance, le refus de la différence, voire le racisme, ont tendance à se banaliser, vous êtes le témoin vivant de ce refus. Cette plaque interrogera et c’est tant mieux. Mais elle est surtout pour nous Treilliérains le moment venu de vous dire enfin, ainsi qu’à votre frère, MERCI d’avoir restauré l’honneur de notre pays. »

P1010845.jpg      P1010858.jpg    P1030016.jpg


                                                P1030018.jpg        P1030020.jpg